Faire un don, c’est dire NON à la violence envers les enfants. Brisons le silence !
Je veux faire un don

Indices de violence

indice_de_violenceUne situation nouvelle ou des moments difficiles peuvent amener des changements ou du stress chez l’enfant : une chicane avec ses amis, le départ de son professeur, la perte de son chien ou encore la séparation des parents. Il peut devenir plus renfermé, triste ou plus colérique. Il ne veut plus aller à l’école, chez son meilleur ami ou à son sport préféré. Ces changements peuvent aussi signifier que l’enfant vit une situation de violence.

 

Souvent l’enfant ne dit pas avec des mots sa détresse. De plus, l’enfant peut facilement se sentir coupable, avoir honte de ce qui lui arrive, vivre la peur de ne pas être cru ou d’être réprimandé. Il peut aussi subir de la manipulation et des menaces pour l’obliger à garder le silence.

 

Soyez à l’écoute! Il arrive que tout son comportement et son corps crient « À l’aide! ». Faites les premiers pas vers lui, vérifiez ce qui se passe et offrez lui votre aide.

 

Choisissez un endroit calme, soyez disponible pour l’accueillir et l’écouter. Dites-lui tout simplement ce que vous avez remarqué et comment vous vous sentez.

« Je suis inquiet, je sens que ça ne va pas, tu sais que je suis là pour toi, est-ce que tu veux m’en parler? ».

 

S’il n’est pas prêt, respectez son rythme, ne le bombardez pas de questions. Acceptez ce qu’il veut bien vous dire, sans jugement et sans insister. C’est possible que l’enfant soit capable de trouver ses solutions tout seul.

 

Toutefois, si vous sentez que l’enfant ne va pas mieux, dites-lui calmement ce que vous en pensez.

« Tu sais, moi aussi je trouve que c’est parfois difficile de parler quand j’ai un problème, c’est normal, mais on se sent tellement mieux, quand on le dit à quelqu’un. Penses-tu que c’est plus facile de trouver des solutions avec de l’aide? »

 

Si malgré vos encouragements pour aider l’enfant à dire ce qui ne va pas, vous remarquez que la situation s’aggrave et qu’il est urgent d’agir, dites-lui que vous ne pouvez plus attendre.

« Je sens que tu n’es pas en sécurité et je t’aime trop pour ne rien faire. Je vais devoir en parler à ton entourage pour mieux comprendre ce qui t’arrive et pouvoir t’aider. »

 

Lorsque nous observons des signaux chez l’enfant et que nous sommes inquiets quant à sa sécurité ou son développement, il faut être à l’écoute… et, si nécessaire, agir pour lui venir en aide!  Il est important de demeurer vigilants car les enfants ne traduisent pas toujours leurs maux par des mots, surtout lorsqu’il s’agit de violence.


Imprimer